fbpx
Loading...

Le bambou, faux-ami écologique ?

Textiles, papiers, mugs, accessoires de cuisine ou de bureau, enceintes, horlogerie, powerbanks, clés USB, tours de cou, porte-clés, stylos : notre secteur propose une offre toujours plus vaste en bambou, pour rendre notre métier plus éco-responsable.

Il faut dire que le bambou est un matériau extraordinaire. De la famille des graminées, comme l’herbe ou le maïs, il pousse à toute vitesse (jusqu’à un mètre par jour pour certaines espèces), demande peu d’eau, ne demande pas d’engrais ou de produits phytosanitaires, fixe 30 % de CO2 de plus qu’un arbre, limite l’érosion grâce à son réseau racinaire et laisse passer plus d’eau grâce à ces feuilles étroites… On le trouve principalement en Asie tropicale et subtropicale, mais il est naturellement présent sur tous les continents, à l’exception de l’Europe – où il est cultivé – et de l’Antarctique.

Que d’avantages pour cette plante… si tant qu’elle soit dans son environnement naturelle et que sa production soit responsable et éthique. Mais que se passe-t-il pour qu’aujourd’hui le bambou se retrouve partout dans notre vie ?

Plantation et récolte du bambou

La demande massive de ce végétal entraîne une production intensive et parfois irrespectueuse de l’environnement, conduisant à la déforestation d’autres espèces pour arriver à satisfaire le marché et ce particulièrement en Asie. Dans ces forêts, ce sont les jeunes pousses qui sont le plus souvent utilisées pour leurs fibres, alors qu’une gestion durable utilisera les grandes pousses, bien que leur traitement industriel soit plus compliqué.

Transformation du bambou et textile

Les vêtements, serviettes de bain, peignoirs et autres textiles sont étiquetés « fibre de bambou ». Or, la transformation de la plante en fibre textile aboutit, dans l’immense majorité des cas, en viscose de bambou, à grand renfort de soude, sulfure d’hydrogène ou encore sulfure de carbone. Tous trois sont des produits nocifs pour la santé des travailleurs et de la communauté environnante, et sont extrêmement inflammables.

Les objets en bambou

Les tasses et mugs en bambou permettraient de limiter les 36 000 tonnes de déchets liés à la seul utilisation des gobelets en plastique. Mais là aussi, il faut se pencher sur la question de la transformation du produit. En effet, ces tasses et mugs sont fabriqués à partir d’une poudre de fibres de bambou finement broyées, qui sont ensuite collées ensemble. Sur 12 tasses testées par l’agence allemande Stiftung Warentest, toutes contenaient de la résine de mélamine, une sorte de colle plastique à base de formaldéhyde. Des études montrent que la mélamine est susceptible de causer des dommages à la vessie et aux reins, alors que le formaldéhyde est un irritant connu et peut être cancérigène s’il est inhalé. Néanmoins, tant que certaines conditions sont remplies, la résine de mélamine n’est pas considérée comme une substance dangereuse. Stiftung Warentest a également testé ce qui se passe quand on met un liquide chaud à plus de 70° dans ces tasses. Après 3 remplissages pour les unes, 7 remplissages pour les autres, presque toutes libèrent de la mélamine et du formaldéhyde.

Transport

Chine, Inde, Laos, Vietnam, Amérique latine : quand le bambou arrive chez nous, son empreinte écologique en a déjà pris un sacré coup.

L’œil de Maxime

Ce n’est pas le bambou en lui-même qui n’est pas écologique, mais sa production excessive, son traitement hautement polluant, sont transport et la déforestation massive qu’il entraîne pour répondre aux besoins du marché. Toutes ces étapes ont un impact sur l’effet bénéfique de la culture de la plante.

Annonceurs, revendeurs et même fournisseurs doivent être mieux informés, afin de faire le meilleur choix et de privilégier les cultures et les approvisionnements les plus vertueux. Sinon, le bambou restera un faux-ami écologique.

Que proposez me direz-vous ! Et bien, au risque de vous décevoir, il n’y a pas de solution/produit miracle. Mais bien une attitude et un positionnement qui répond le plus efficacement aux valeurs que vous ou votre client souhaitez mettre en place.

Pour commencer posons-nous quelques questions « éco responsables » :

  • Mon produit est-il durable et utile dans le temps ?
  • Quelle est la matière de mon produit ? Quel est son bilan énergétique et les ressources nécessaires pour sa fabrication ?
  • Existe-t-il une filaire de traitement des matières quand mon produit est en fin de vie ?
  • Quel est le pays d’origine et le nombre de km parcouru entre le lieu de fabrication, d’impression et mon client ?

Sur base de ces quelques questions, il est déjà possible d’avoir une démarche beaucoup plus responsable et durable quant aux choix des produits que nous allons présenter à nos clients.

Il est temps que nous puissions valablement informer nos clients et porter notre secteur vers quelque chose de plus durable et surtout d’éviter un greenwashing systématique lors de « crise écologique ».

Cet article vous a semblé intéressant ?

Ne le gardez pas pour vous tout seul... Partagez-le avec tout le monde !

L’auteur de cet article

Laisser un commentaire

Voir tous les commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée et vos données personnelles ne seront pas partagées avec un tiers. Les champs requis sont marqués d'une *

Plus d’infos sur le même sujet

Sur le même sujet...

Des questions ? Besoin de plus d’informations ?

Les billets publiés sur ce site sont issus de recherches documentaires et de l’expérience professionnelle de leurs auteurs. N’hésitez pas à les contacter !

Pin It on Pinterest

Partagez cette page