fbpx
Loading...

Les matériaux de contact à base de fibres de bambou et de mélamine ne peuvent plus être mis sur le marché

Depuis quelques temps, le consommateur voit fleurir sur le marché de la vaisselle et autres ustensiles contenant de la fibre de bambou. Ces produits sont souvent utilisés en remplacement de la vaisselle à usage unique ou comme alternative « plus naturelle » à certains ustensiles de cuisine en mélamine tels que les assiettes pour enfants.

Pourtant, la vaisselle en fibres de bambou n’est pas constituée à 100% de bambou ! Ces fibres sont en général additionnées d’un polymère, le plus souvent la mélamine. Or, tout matériau contenant de la mélamine, même en quantité minime, est considéré comme du plastique et doit donc répondre aux exigences de la législation européenne relative aux matériaux plastiques entrant en contact avec les denrées alimentaires (règlement UE 10/2011). Selon cette législation européenne, le bambou n’est pas autorisé pour la fabrication de tels produits.

Il y a bambou et (fibres de) bambou !

À contrario, les produits uniquement fabriqués en bambou, éventuellement avec une couche de vernis ou collés, donc sans mélamine ou autres matériaux plastiques sont autorisés et relèvent d’une autre législation (règlement UE 1935/2004 et Arrêté royal du 11 mai 1992).

Le consommateur peut visuellement faire la distinction entre un matériau en bambou et un matériau constitué d’un mélange de fibres de bambou et de mélamine. Dans le premier cas, la structure en bois du bambou est clairement présente. Dans le second cas, le matériau a l’apparence du plastique. La structure du bambou/bois n’est plus présente.

Evaluation préalable avant une mise sur le marché européen

Tous les matériaux destinés à entrer en contact avec des denrées alimentaires doivent être évalués par l’Autorité Européenne de Sécurité des Aliments (EFSA) avant d’être autorisés sur le marché européen. Une telle évaluation n’a jamais été effectuée sur les produits constitués, entre autres, de fibre de bambou. C’est pourquoi l’utilisation de cette fibre dans des matériaux plastiques ne peut être considérée comme sûre pour les consommateurs.

En Allemagne, une étude sur la stabilité de ces matériaux a été menée par le Bundesinstitut für Risikobewertung (BfR). Il en ressort que la vaisselle en fibre de bambou n’est pas stable, c’est-à-dire que des migrations peuvent avoir lieu du matériau plastique vers l’aliment ou la boisson. Cette migration se fait généralement sous l’action de la chaleur ou en milieu acide.

En plus du danger lié à la migration de substances vers l’aliment et le fait que le bambou ne soit pas autorisé en tant qu’additif dans la fabrication de matériaux plastiques, les objets en fibre de bambou censés être naturels, biologiques, ne le sont pas car ils contiennent également des polymères tels que la mélamine.

La Commission européenne a donc statué. L’utilisation de fibres de bambou dans des matériaux en plastiques n’est pas autorisée et les produits de ce type mis sur le marché ne répondent pas aux normes européennes. La Belgique s’aligne donc sur la décision d’interdiction d’utilisation de cet additif non autorisé.

SOURCE : AFSCA

Il est temps que nous puissions valablement informer nos clients et porter notre secteur vers quelque chose de plus durable et surtout d’éviter un greenwashing systématique lors de « crise écologique ».

Cet article vous a semblé intéressant ?

Ne le gardez pas pour vous tout seul... Partagez-le avec tout le monde !

L’auteur de cet article

Laisser un commentaire

Voir tous les commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée et vos données personnelles ne seront pas partagées avec un tiers. Les champs requis sont marqués d'une *

Plus d’infos sur le même sujet

Sur le même sujet...

Des questions ? Besoin de plus d’informations ?

Les billets publiés sur ce site sont issus de recherches documentaires et de l’expérience professionnelle de leurs auteurs. N’hésitez pas à les contacter !

Pin It on Pinterest

Partagez cette page